axe-4

ATTRACTIVITÉ

RENDRE LA FRANCE « BUSINESS FRIENDLY » POUR ATTIRER LES INVESTISSEURS ET FAVORISER LA CROISSANCE DE NOS START-UP ET DE NOS PME EN ETI ET EN GRANDES ENTREPRISES :
« SMART COUNTRY FOR BUSINESS »

PRINCIPALES ACTIONS À METTRE EN ŒUVRE PAR LES POUVOIRS PUBLICS POUR LIBÉRER LA CROISSANCE DES START-UP ET DES TPE-PME

1. SCALE-UP

➥ Sélectionner, soutenir financièrement et accompagner avec un programme spécifique les 100 start-up technologiques françaises qui ont le plus fort potentiel pour les aider à devenir des « licornes » et des champions mondiaux.

➥ Militer au niveau de la Commission européenne en faveur de la création d’un fonds européen (issu du Plan Junker) de 5 à 10 milliards d’euros à même d’investir dans les tours de table de séries B et C en Europe. Il soutiendrait ainsi le développement des « licornes » européennes et éviterait qu’elles passent sous pavillon asiatique ou américain.

2. SIMPLIFICATION

Penser start-up et TPE-PME. Lorsque l’on se met à la place d’une TPE-PME, les obstacles liés à la réglementation sont souvent plus difficiles à surmonter que pour les grandes entreprises. Or, les TPE-PME représentent 99,7 % des entreprises françaises. La législation, souvent inadaptée, impose des contraintes insurmontables aux TPE-PME, ou bien prévoit des dérogations pour essayer de la rendre soutenable, ce qui complexifie la règle ou la rend instable et floue. Au final, ces écueils sapent la croissance des TPE-PME. Partir de la situation des TPE-PME permettrait ainsi de produire des lois plus adaptées, mais surtout plus simples et plus lisibles.

3. CONFIANCE

➥ Privilégier la confiance a priori, l’expérimentation et le contrôle-conseil plutôt que le contrôle-sanction. Les missions des administrations auprès des entreprises doivent être organisées comme un outil d’action en faveur de la compétitivité des entreprises respectueuses de leurs obligations légales. Le postulat de toute action publique doit ainsi être la bonne foi de l’interlocuteur. La méfiance, voire la défiance, freine le développement des start-up et des TPE-PME et les empêche de bénéficier du soutien important que peut représenter l’administration, alors que ces entreprises ont justement du mal à tout connaître et tout comprendre d’une réglementation particulièrement touffue et complexe.

4. FISCALITÉ

➥ Instaurer un cadre fiscal simple, compétitif, stable et incitatif. Le niveau des prélèvements obligatoires, parmi les plus élevés de l’UE, est tel qu’il a contraint les pouvoirs publics à multiplier niches, subventions et aides qui nuisent à la stabilité et à la lisibilité du cadre fiscal. Pour les start-up et les TPE-PME, comme d’ailleurs pour l’ensemble des acteurs économiques, il est indispensable de simplifier drastiquement le système fiscal tout en réduisant de façon significative impôts et taxes, notamment la fiscalité de production qui les frappe spécifiquement, avec une structure de la fiscalité en cohérence avec l’objectif de développement des entreprises pour retrouver le chemin de la croissance et de l’emploi.

➥ Sanctuariser et promouvoir le Crédit impôt recherche auprès des investisseurs, entrepreneurs et talents internationaux. Ce dispositif de financement de la R&D et de l’innovation étant unique au monde, il représente un vrai levier d’attractivité, compétitif et différenciant.

5. SOCIAL

➥ Permettre aux entreprises de s’organiser au plus près du terrain. Les start-up et les TPE-PME ont besoin de souplesse et de réactivité pour absorber les chocs, développer de nouvelles activités ou aborder de nouveaux marchés. L’organisation des entreprises – notamment l’organisation du travail et les seuils sociaux – doit en conséquence être pensée et négociée à leur niveau pour prendre en compte la réalité du terrain. Il s’agit de faciliter leur anticipation des évolutions, toujours plus rapides, et leur adaptation plus fine et continue, donc moins brutale et plus propice à la sauvegarde et à la création d’emplois et de valeur.

DÉCOUVREZ LES AXES STRATÉGIQUES

axe1-petit
axe2-petit
axe-3-petit
axe5-petit
logo-retina
© 2017 MEDEF
Plan du site
Contactez le
DIGITAL DISRUPTION LAB

pfiquemont@medef.fr