header-philippines

IDENTITÉ

NOM OFFICIEL : RÉPUBLIQUE DES PHILIPPINES
NATURE DE RÉGIME : RÉPUBLIQUE
CHEF DE L’ÉTAT : RODRIGO DUTERTE, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
DONNÉES GÉOGRAPHIQUES

Superficie : 300 000 km²
Capitale : Manille
Villes principales :
L’agglomération de « Metro Manila » (12,8 millions d’habitants) regroupe 17 villes
dont Manille (2,1 M), Caloocan (1,7 M), Makati, la plus grande étant Quezon City (3 M) ; Davao et Cebu

Langues officielles : filipino (tagalog), anglais
Langues courantes : cebuano, tagalog, ilocano

Monnaie : peso philippin (taux de change au 18 avril 2017 : 1 euro = 52,87 pesos)
Population : 101,6 millions d’habitants (2016)

DONNÉES ÉCONOMIQUES

PIB (2014) : 289,7 milliards USD
PIB par habitant (2012) : 2 862 USD
Taux de croissance du PIB (2016) : 6 % (6,8 % en 2016)
Taux de chômage (au sens du BIT, janvier 2014) : 6,8%
Taux d’inflation (2016) : 2%

Principaux clients (2015) :
Japon (21,1 %), États-Unis (15 %), Chine (10,9 %), Hongkong (10,6 %)
Principaux fournisseurs (2015) :
Chine (16,1 %), États-Unis (10.5 %), Japon (9 %), Taiwan (8,2 %)

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :
• agriculture : 12,8%
• industrie : 31,5%
• services : 55,7%

AVANTAGES
CULTURE :

Après 350 ans de colonisation, d’abord par les Espagnols (300 ans), et ensuite par les Américains (50 ans), les Philippines sont le pays d’Asie qui semble le plus proche de l’Occident au niveau culturel. L’anglais est ainsi l’une des deux langues officielles. Cela favorise sans aucun doute les relations d’affaires et facilite l’implantation d’entreprises françaises aux Philippines.

QUALITÉ ET COÛT DE LA VIE :

• Les Philippines se distinguent également des autres pays d’Asie par la qualité de leur accueil et une très bonne qualité de vie, notamment en raison d’un coût de la vie très bon marché pour les Européens.

CROISSANCE, MARCHÉ, CONSOMMATION :

La croissance annuelle (plus de 6 %), le marché (plus de 100 millions de consommateurs) et la consommation (alimentée par les rentrées d’argent de la diaspora qui représentent 10 % du PIB) sont très dynamiques aux Philippines et représentent un très fort potentiel commercial pour les entreprises françaises, tout en donnant accès au vaste marché régional.

DROIT DES AFFAIRES ET PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE :

L’anglais étant la langue juridique du pays, le droit des affaires philippin est largement inspiré du droit anglo-saxon, ce qui facilite là encore les relations d’affaires. La propriété intellectuelle y est également davantage respectée que dans beaucoup d’autres pays d’Asie, et notamment la Chine. Il est néanmoins indispensable de s’assurer une bonne protection de ses marques et de ses brevets.

TALENTS :

Avec un âge médian de 23 ans, 30 % de la population qui a moins de 15 ans, un système d’enseignement supérieur efficace, des universités de renom, un très bon niveau d’anglais et un salaire minimum huit fois inférieur au Smic, les Philippines sont un réservoir de talents à la fois très performant et très compétitif.

BPO/BPM :

• Le marché des services et du Business Process Outsourcing ou Business Process Management est devenu au fil des années un moteur important de l’économie (leader mondial avec l’Inde) et permet de bénéficier de facilités notables pour s’implanter (tout peut être pris en charge, jusqu’au portage salarial), investir et/ou sous-traiter des activités de développement, de programmation, de help desk ou de call center.

INDUSTRIE ÉLECTRONIQUE ET IoT :

• L’industrie électronique et des semi-conducteurs est très dense, performante et compétitive. Elle permet donc d’envisager des collaborations et/ou des implantations stratégiques en perspective d’un déploiement d’activités sur la zone Asie, notamment dans le cadre de projets intégrant l’IoT industriel.

INCITATIONS FISCALES :

• Il existe beaucoup d’incitations fiscales pour favoriser les installations et investissements étrangers, notamment dans les zones économiques définies par le Board of Investments.

OPPORTUNITÉS SECTORIELLES DANS LE NUMÉRIQUE :

• fin tech ;
e-commerce ;
civic tech ;
éduc tech ;
e-santé ;
applications mobiles ;
IoT.

FAIBLESS
INSÉCURITÉ, CORRUPTION ET CATASTROPHES NATURELLES :

restent les trois plus grands risques des Philippines pour les entreprises françaises qui souhaiteraient s’implanter dans ce pays.

INFRASTRUCTURES :

Le manque d’infrastructures haut débit fixes et mobiles partout sur le territoire, y compris à Manille, reste un vrai problème pour garantir à la fois la qualité de services nécessaire au déploiement de solutions numériques performantes 24/7 et un prix compétitif. Un manque d’infrastructures dû à un manque de concurrence puisque les Philippines n’ont que deux opérateurs télécom à ce jour, ce qui pose également un problème de compétitivité et d’innovation des offres proposées par ces opérateurs.
De la même façon, les infrastructures routières et les transports en commun sont totalement inadaptés et insuffisants au regard du trafic routier et des besoins en logistique aux Philippines, ce qui entraîne des difficultés très importantes en matière de mobilité urbaine, mais aussi en zones rurales.

DÉBANCARISATION :

69 % de la population des Philippines n’a pas de compte bancaire et seuls 3 % des Philippins ont une carte de crédit, ce qui freine notamment le développement du e-commerce.

IMMATURITÉ DE L’ÉCOSYSTÈME START-UP :

• L’écosystème start-up est émergent et commence seulement à se structurer. Il n’est donc pas encore mature, tant au niveau du nombre ou de la qualité des entrepreneurs et des projets qu’ils portent qu’au niveau de la capacité d’accompagnement (incubateurs), de développement (accélérateurs) et d’investissement de cet écosystème.

« EARLY ADOPTERS » DE SMS ET DE FACEBOOK :

• Du côté personnel par exemple, les Philippines ont été longtemps le pays qui envoyait le plus de SMS au monde, et aujourd’hui les Philippins restent parmi les plus grands utilisateurs de Facebook à l’échelle mondiale. En moyenne, tous les Philippins passent au moins 9 heures sur Internet par jour, que ce soit via leur ordinateur de bureau ou des appareils portables.

UN LEADER MONDIAL DE L’OUTSOURCING IT :

• Du côté des entreprises, le secteur des services le plus important aux Philippines est le secteur de l’Information technology-Business Process Management (IT-BPM), ou externalisation des processus métiers, dont le chiffre d’affaires avoisine aujourd’hui les 22 milliards de dollars et continue de croître d’année en année. Cette industrie représente désormais 1,1 million d’emplois directs et permet à beaucoup de jeunes ingénieurs, mais aussi de techniciens et de créatifs, de travailler dans le secteur numérique sur le développement de logiciels, de contenus, d’applications, de solutions et autres.

ET DANS LES SECTEURS DES SEMIS-CONDUCTEURS ET DE L’ÉLECTRONIQUE :

• Les Philippines possèdent également une très forte culture et une capacité de production hardware. L’électronique a été pendant au moins quatre décennies la principale source d’exportation du pays. Cela est lié à la présence d’un tissu dense de services de fabrication électroniques (Electronic Merchant Systems, EMS) et de sociétés de taille mondiale situées dans les différentes zones économiques du pays et regroupées dans le syndicat professionnel des industries des semi-conducteurs et de l’électronique aux Philippines (SEIPI). Ces sociétés peuvent réaliser tous types de produits, y compris dans le domaine de l’Internet of Things (IoT ou Internet des objets). La société Ionics, par exemple, a un partenariat avec IBM afin de fournir des solutions IoT intégrées de bout en bout, de la conception matérielle à la certification, en passant par la plateforme middleware, la connectivité, le développement de logiciels et les services intégrés.

UN RÉSERVOIR DE TALENT IMMENSE :

• Par ailleurs, les Philippines ont le réservoir de talents nécessaire pour soutenir le développement de leurs start-up et de leur industrie technologique. L’âge médian est de 23 ans. Cela signifie que beaucoup de personnes vont pouvoir contribuer dans les années à venir au développement des moteurs de croissance numériques de la nation. Un million d’actifs se joignent déjà à la main-d’œuvre aux Philippines chaque année. Et plus de la moitié est diplômée de l’enseignement supérieur.

ET UN ÉCOSYSTÈME D’INNOVATION ET D’ENTREPRENARIAT EN PLEIN BOOM :

• Enfin, l’écosystème de start-up émerge de façon exponentielle depuis 2014 avec l’apparition d’une cinquantaine d’incubateurs, d’accélérateurs et d’investisseurs en à peine trois ans, notamment à Manille, qui ont déjà permis à quelques centaines de start-up de se développer ces dernières années.

POUR SERVIR UNE VISION À LONG TERME : AmBisyon 2040

• Dans l’ensemble, les Philippines disposent d’un écosystème numérique doté d’une base industrielle et servicielle très solide, d’un marché résidentiel et professionnel très dynamique et d’un réservoir de talents exceptionnel qui pourraient lui permettre de devenir – si le gouvernement sait soutenir et accompagner cette vague de fond – l’un des leaders de l’économie numérique en Asie d’ici 2025.

DD_PHILIPPINES
TÉLÉCHARGEZ
La présentation de l’écosystème numérique Philippin
logo
© 2016 MEDEF
Contactez le
DIGITAL DISRUPTION LAB

pfiquemont@medef.fr